TALLOIRES-ANGON, lac d'ANNECY, rassemblement Cox, 29-30 Avril

 Pour cette fin d'avril pas de giboulées, mais une bise qui souffle depuis quelques jours, peut-être le matin elle s'est calmée.

 En route pour Talloires et le camping, il y a déjà bouchon à l'arrivée, il faut montrer patte blanche pour entrer. Comme nous sommes invités, pas de problème, notre place est juste au bord du lac, mais pas de plage, la mise à l'eau va être un peu dure. Il ne fait pas très chaud, après avoir participé à la mise en place et vu tout le monde, je mets le bateau en chauffe, c'est la première fois que je vais l'essayer vraiment équipé du TriDan et d'une nouvelle radio, et ma foi, je ne pense pas que ça va rester calme longtemps.

 Et bien, pas terrible mon truc, tout est à l'envers, sauf les gaz et avec le décalage du neutre sur l'hélice, vers l'avant ça ne va pas bien vite, pas du tout, le vent qui se lève embarque le cul du bateau quand je passe en marche arrière! Après un bon quart d'heure j'arrive à le récupérer, fini pour moi, je remets les commandes dans le bon sens, pourtant sur l'établi ça marchait bien, la radio n'a pas dû bien enregistrer ou c'est moi qui ne comprends pas bien son fonctionnement.

 Les vagues commencent à bien se former et le vent augmente, on voit un peu d'écume, personne n'ose, si, un courageux qui doit avoir un bateau étanche. Pas loin il a été, une vague est tombée sur l'arrière, plus de radio, plus de moteur, et le bateau est parti en dérive poussé par le vent le long de la côte. Alors le Christian a couru sur la berge, le temps de contacter l'organisation pour avoir un hors-bord, il était loin. Ils ont réussi à le récupérer, échoué sur un haut fond, un petit bout de l'étrave dépassant par moments. Il se faisait midi et c'était terminé pour nous, casse-croûte et nous irons voir les voitures.

 Du côté des cox, ils sont à l'abri des arbres, le vent ne les gêne pas, il fait même bon, alors autant profiter de la visite, il y en a un paquet, ça en arrive toujours, Samedi soir il y en avait 400, et ils en attendaient encore 200 pour le Dimanche! Eux aussi ce sont des passionnés, pire que nous, ils les chouchoutent leurs autos, et qu'est ce qu'ils ont dû consommer comme essence à les faire ronfler pendant deux jours, sans compter le voyage, il en venait de loin.

         

 Voilà pour cette sortie précoce, on n'a pas beaucoup navigué, peut-être la prochaine fois, s'ils nous invitent, le temps sera meilleur...


 Une petite parenthèse: les voyages prévus pour cette année sont annulés, contre ma volonté, encore un ci-dessous, puis à NaviGaix, et ce sera le break pour moi, un méchant problème d'artère bouchée qui sera traité fin août et me tiendra bloqué jusque  vers fin octobre. En attendant, je bouge peu.


 

BEAUNE /ARZON Haute Loire

Dimanche 2 Juillet

 

Pour animer une fête villageoise dans la région natale de mon collègue et ami Michel Soleillant, il m'avait fait la proposition de se retrouver là bas sur le plan d'eau communal pour faire naviguer nos bateaux. Etant donné ma condition physique j'avais annulé ma présence, puis avec quelques traitements réclamés à mon médecin, et la position de Michel se trouvant sans participants, celui-ci se chargeant du transport, j'ai quand même accepté, ce qui a décidé en même temps Christian et Thérèse Vabre, aussi Jany Coeur, quatre seulement, mais nous avons pris tout ce que nous pouvions emporter. Je pense que comme moi, personne ne l'a regretté tant nous avons été reçus comme des princes!

 Cette région située entre St Etienne, la Chaise Dieu et le Puy en Velay est restée belle, sauvage et modeste. Tout le monde se connaît et l'ambiance villageoise nous a fait retourner en enfance, eh oui, c'était comme ça, on commençait toujours par dire bonjour, ce n'est plus le cas partout!

Les parents de Michel nous ont invités le samedi soir à manger, à la bonne franquette, très gentils et joyeux, nous avons eu droit au "bizutage" qui est sûrement coutumier par là: manger du fromage aux Artizons. Fromage régional de vache, de la taille d'une petite tomme, à croûte épaisse, et grouillant de petits acariens bruns, visibles à l'oeil nu, qui 'cassent la croûte' en laissant tomber une poussière dans l'assiette. Impressionnant, mais bon, et puis ça marque!

 Ensuite, après le match France Brésil, nous sommes partis nous coucher en chambres d'hôtes qui nous étaient réservées au Clos St François, ancien couvent du 18ème siècle où nous attendait Karine malgré l'heure tardive (nous étions passés en fin d'après-midi déposer nos affaires), et nous avons encore discuté avec elle jusqu'après minuit.

 Très bien dormi dans une chambre superbement décorée, comme les autres, Karine et ses parents se donnent beaucoup pour restaurer cette énorme bâtisse où l'on peut même trouver une chapelle, des travaux sont encore en cours pour aménager d'autres chambres.

 A 7heures, lever, puis petit déjeuner très copieux en terrasse, et Karine qui vaque à ses occupations, revient parler avec nous à chaque passage, vraiment elle ne nous laisse pas tomber, s'il n'y avait pas ces navigations, nous resterions la journée ici! Si vous passez dans le coin, arrêtez-vous pour une nuit, en réservant bien sûr.

 

 Et puis, les adieux faits, nous descendons au plan d'eau qui n'est pas loin. Des tables sont déjà au bord de l'eau qui nous attendent, nous montons l'abri pour nous protéger du soleil, ça va taper dur.

  Le plan d'eau n'est pas très grand ni trop profond, un petit vent frais nous rafraîchit...un peu, vers midi les gens de la région arrivent pour déjeuner sous deux grands chapiteaux: soupe aux lentilles, ben oui, on est dans le coin, et puis c'est bon! un peu chaud pour la saison, mais avec les charcuteries, les fromages et les fraises à gogo, nous avons un peu de mal à retourner au boulot.

 L'après-midi se passe sans que l'on s'en aperçoive, nous avons vu beaucoup de monde, nous avons été pressés de questions de personnes très intéressées, ce qui nous a donné bien soif, et nous n'avons réussi à repartir qu'à 19h. Contents de notre journée, fatigués, mais partants pour revenir la prochaine fois, sans problème.


NavigAix 10ème

Grand Port. Aix les Bains 24,25,26,27 Août

Depuis Décembre dernier, mon chef m'a chargé de recruter des vaporistes pour honorer ce dixième anniversaire de NavigAix, je lance donc des invitations à la crème de la spécialité, je reçois quelques réponses, pas nombreuses, mais fermes: les parisiens Maréchal et Donjon qui tout de suite ont réservé leurs chambres, Christian et Thérèse Vabre qui sont toujours partants, Francis Dufour qui possède maintenant beaucoup de réalisations, Paul Fonlupt qui doit monter d'Aubagne avec une jolie pièce et tout son savoir, et quelques autres encore incertains. C'est déjà bien, sans compter les autres disciplines.

Je contacte régulièrement Hubert pour savoir où en sont ses négociations avec l'Office de Tourisme, réponses un peu vagues. Mes deux compères de la région parisienne me contactent régulièrement pour avoir des nouvelles, je n'en ai pas. En Mai, Juin, toujours des demandes de confirmation, je n'ai toujours pas de nouvelles de mon chef, puis en Juillet je reçois un mail de sa part m'annonçant qu'il sabordait le club, démissionnait de l'AAMM et que NavigAix était annulé.... Mauvaise nouvelle, que vont dire ceux qui se sont déjà engagés financièrement à faire le voyage, des amis de longue date qui vont certainement m'en vouloir, c'est logique. Et puis moi qui depuis Juin ne peux presque plus marcher à cause d'une artère bouchée, une intervention est prévue le 31 Août, reprendre ça au vol, ça va être dur!

Je contacte toutefois l'Office de Tourisme, rien n'a été fait, alors je me lance, Les conditions restent celles des autres éditions: un bassin artificiel, un grand barnum, des tables, des chaises, des plateaux repas midi et soir, je reprends contact avec les clubs régionaux qui avaient été plus ou moins écartés de la fête et je commence ma liste.

Une dizaine de jours avant la date, j'envoie les inscriptions de présence et de repas: une vingtaine d'exposants plus les accompagnants, il n'en faut pas plus qu'on me dit! Faudrait savoir ce qu'ils veulent, un 10ème anniversaire, ça se fête... Mais ça va encore se corser: une semaine avant, j'apprends par une voie parallèle qu'il n'y aura pas de bassin comme d'habitude. Coup de fil à l'O.T. c'est vrai, les services techniques n'ont pas eu le temps de le fabriquer, nous pourrons naviguer dans un plan d'eau du port, je vois où. Voyage sur place avec Michel Soleillant toujours très disponible: pas terrible, un trou d'eau entouré d'une muraille de deux mètres, un accès et une mise à l'eau dangereux, ça, ça ne va pas plaire. Effectivement, mails et coups de fil aux concernés: 4 annulations.

     

Evidemment nous avons essayé de naviguer, mise à part l'escalade pour descendre des bateaux qui pèsent entre huit et vingt kilos, et l'attente que les "grands" aient largué les amarres, un autre problème s'est posé: les plantes arrachées par leurs grosses hélices se sont empressées de venir voir les nôtres, petites! Des paquets de Myriophyllum, ça fait vite une grosse pelote qui neutralise l'action de l'hélice et du safran de gouvernail, et le bateau est planté au milieu de l'eau. Après avoir fait quelques tas de salade sur le quai, il a bien fallu abandonner, après tout, il faut bien rentrer dans le jeu de l'O.T., pas de bassin correct, pas de navigation, pourquoi changer un système qui marchait très bien depuis bientôt dix ans? Par économie bien sûr, et bien, nous, nous allons en faire sur le gaz des économies, et nous allons discuter avec les visiteurs....

         

         

Sous le barnum de 9x6m, nous avons dû serrer les modèles sur deux rangées de tables, en gardant une troisième pour manger dehors. Le temps un peu capricieux, le sol aussi ne permettant pas d'installer des tentes à l'extérieur. Chaque après midi nous avons été un peu débordés, les visiteurs dedans, nous dehors, là encore un petit point noir économique. Mais qu'est-ce qu'il y a eu comme monde! D'habitude c'est calme jeudi et vendredi, cette année ils se sont tous donné rendez vous pour les quatre jours, heureusement que les bouteilles d'eau étaient à disposition, le dimanche soir nous n'avions plus de voix!

       

Bien crevé, mais très satisfait de mes troupes malgré les petits problèmes développés plus haut, je tiens à remercier chaleureusement tous les participants, particulièrement Michel, ils ont beaucoup donné de leur personne, assuré une ambiance super sympa, cette édition fut malgré tout un bon cru.

Les photos sont aimablement fournies par Jacques et Paul. Merci à eux.


Et la der...de l'année comme tous les ans:

Le Salon de la Balme de Sillingy

Cela se passait les 11 et 12 novembre

Toujours le bon accueil dans cette salle Daviet, on rencontre à peu près les mêmes, quelques nouveaux aussi, il faut bien renouveler. Nous avons fêté les soixante et un ans de mariage de notre toujours jeune couple de charbonniers, Mme et Mr Poletti, jusqu'à la fin ils resteront les piliers de la manif tellement ils sont adorables.

Cette fois, une bonne quantité de dioramas, un autre pilier aussi, Peter, l'écossais de Haute Savoie, en kilt bien sûr avec cette fois de grosses locos anglaises 'of course', dont une à vapeur, un très gros travail.

         

            

Ces photos vous sont offertes par Christian Meyer

Sinon quoi dire, que j'ai retrouvé les copains des années précédentes, que l'ambiance était bonne, comme les repas. Peut-être l'absence de Raymond pour cause familiale a terni un peu ces deux journées, ses suppléants ont fait du beau boulot.

 

Sur ce, à l'année prochaine!